Sondage – Trouvez-vous la circulation différenciée avec les vignettes plus ou moins pertinente que la circulation alternée ?

À Paris, et bientôt dans de nombreuses métropoles françaises, le principe de circulation alternée en fonction de la date est abandonné au profit d'une sélection selon l'âge de la voiture. Une mesure jugée plus juste en matière de lutte contre la pollution mais qui peut être vue comme une sélection par le niveau social. Et vous, qu'en pensez-vous ?

La question de la semaine

Nouveau rendez-vous sur Caradisiac : chaque lundi, nous vous poserons une question d'actualité, aux thèmes variés. Après une présentation du contexte et des faits, vous serez invités à répondre à notre sondage. En fin de semaine, nous mettrons en avant les résultats, avec vos commentaires les plus pertinents.

Le contexte : de nouvelles règles de restrictions de circulation

L'épisode de pollution aux particules fines qui touche actuellement le pays rendrait presque service à Anne Hidalgo. Il permet d'instaurer des restrictions de circulation en utilisant les vignettes Crit'Air une semaine seulement après la mise en place du nouveau dispositif, qui se substitue dans la capitale à la circulation alternée. De quoi offrir à la maire de Paris une occasion en or de défendre l'utilité du nouveau système de manière concrète.

Une bonne partie de l'Ile de France est devenue le 16 janvier une Zone à Circulation Restreinte (ZCR), une première dans l'Hexagone. En cas d'épisode de pollution, on oublie la circulation alternée, avec ses histoires de plaques paires ou impaires. Les autos autorisées à rouler sont déterminées par le système de vignettes Crit'Air (qu'il faut acheter soi-même) qui classent les véhicules selon leur carburant et leur date de première mise en circulation. On appelle cela la circulation différenciée.

Pourquoi peut-on trouver la circulation différenciée pertinente ?

  • N'empêcher que les plus polluants de rouler

Cette nouvelle façon de trier est promise plus efficace, dans la mesure où ce sont des catégories entières de véhicules polluants qui sont obligées de rester au garage. Exemple avec les restrictions dans Paris le 23 janvier : en complément des autos de plus de 20 ans, définitivement bannies de la Ville Lumière, tous les véhicules diesels mis en service entre le 1er janvier 1997 et le 31 décembre 2000 sont interdits de séjour (ce qui correspond à la vignette grise numéro 5). Avec la circulation alternée, si on se base sur le principe du pair/impair, ce serait environ un modèle de cette classe sur deux.

  • Ne plus bannir un jour sur deux les voitures récentes

La circulation différenciée aura la plupart du temps des impacts moindres que la circulation alternée sur le nombre de véhicules sur les routes lors des pics de pollution (la vignette numéro 5 concerne 6 % des voitures particulières selon le Ministère). Mais on nous promet un effet plus visible sur la baisse des quantités de polluants dans l'air. À l’inverse, les véhicules de catégorie 1, qui sont des essences produits à partir du 1er janvier 2011, ne seront (sauf situation catastrophique) jamais bannis. Or, avec l'ancien système, une bonne partie des véhicules de cette classe ne pouvait rouler en cas de restrictions alors que selon le classement Crit'Air, ce sont les moins polluants après la catégorie verte (100 % électrique et hydrogène).

Pour faire simple, la circulation alternée favorise ceux qui roulent avec une auto récente et donc moins polluante. On peut comprendre l'argument : pourquoi serais-je pointé du doigt si j'ai acheté un véhicule qui permet de moins contaminer l'air ? Après le principe du pollueur payeur, voici celui du pollueur puni.

Mais pourquoi peut-on la trouver injuste ?

Mais on peut alors se poser la question de l'inégalité sociale de ce dispositif. Beaucoup de personnes qui roulent avec un vieux modèle ne le font pas par gaieté de cœur. Ils n'ont tout simplement pas la possibilité de se payer une auto plus récente. Lors des pics de pollution, les catégories 5 seront toujours bannies. À n’en pas douter, dans la mesure où aucune amélioration n'est attendue avant le week-end prochain, ceux qui roulent avec un diesel de 1997 à 2000 ne pourront pas utiliser leur voiture à Paris de toute la semaine, alors qu'ils pouvaient au moins le faire un jour sur deux avec la circulation alternée.

La Mairie se dit consciente des difficultés et ne souhaite « pas créer d'injustice et de fragilité ». Mais pour elle, la santé est « un enjeu majeur » qui l'oblige à agir. Elle met en avant des aides pour louer une Autolib ou un Vélib. La région a aussi voté la mise en place d'un ticket de transport en commun valable une journée à 3,80 € seulement, deux fois moins qu'un forfait jour en dehors des pics de pollution.

Trouvez-vous la circulation différenciée avec les vignettes plus ou moins pertinente que la circulation alternée ? Vous répondez "plus" à 76 %

Près de 300 réponses ont été enregistrées au cours de la semaine. Et c'est à une large majorité que vous plébiscitez le nouveau dispositif, même si on constate dans vos réactions que c'est parfois faute de mieux. Pour Clems207, "le système de plaque paire et impaire est plus équitable mais moins logique d'un point de vue environnemental que la vignette". Certains critiquent les conditions d'attribution des vignettes en fonction de l'année de mise en circulation. Honda25 propose "d'attribuer ces vignettes lors du passage au contrôle technique avec une mesure du taux de CO2 et de Nox". MonsterKaiser trouve la circulation différenciée plus pertinente car "la circulation alternée ne repose sur aucun critère". Mais il remet en cause, et ce n'est pas le seul parmi vous, les tests d'homologation. On voit que le dieselgate a laissé des traces.

Source texte : caradisiac.com